À la une

 

Avec les siècles, la Passion selon saint Jean de Bach a acquis une apparente homogénéité qui n’était certainement pas perceptible à l’époque du compositeur. Le texte de l’évangile (JEAN 18-19), mis en musique sous la forme d’un récitatif et de chœurs de « turba » (foule), en est la donnée originelle et en quelque sorte objective. Commentaire traditionnel, les chorals luthériens (textes et mélodies de la tradition luthérienne, harmonisation de Bach) s’y superposent en une exégèse partagée par la majorité de l’assemblée de l’époque, l’interprétation ordinaire de la signification de la Passion, le commentaire subjectif (texte contemporain et musique de Bach) réside dans les airs, la partie la moins normée de l’œuvre.

Le public contemporain perçoit très peu ces trois strates, la modernité de l’œuvre étant quelque peu dissimulée sous la perfection formelle de la musique. Mais la modernité – et le génie dramatique de Bach – se manifestent déjà de manière éblouissante dans la seule première strate, celle de l’évangile. C’est pourquoi nous proposons dans cette Histoire de la Passion une version réduite, le canevas du chef-d’œuvre de Bach, pourrait-on dire, dans laquelle nous maintenons presque exclusivement les deux premières strates : le récit de l’évangile, et les chorals (dont un moment-clé, air avec choral, qui ressortit à la fois à la deuxième et à la troisième strates), ainsi que les chœurs de début et de fin (troisième strate). L’objectif est d’attirer l’attention du spectateur sur le contenu, sur l’action, donc sur le texte, dont la dynamique est tout à fait autosuffisante et renvoie à la tradition des Passions de Schütz.
En supprimant les airs, on enlève beaucoup du lyrisme de la pièce, mais on l’inscrit dans l’immédiateté. L’appui de la mise en scène et de la danse permet dès lors d’intégrer un commentaire contemporain sans alourdir, comme celui des airs pouvait le faire pour le public d’alors.

 

Dimanche 19 novembre 2017 / 17h00 / Vesoul / Théâtre Edwige Feuillère /
6 à 12 € / billetterie : 03 84 75 40 66, [email protected] /