CHAMPIONNAT DES NATIONS

Le sport n’a pas le monopole de la compétition, même si le Comité Olympique a récemment fait valoir ses droits sur l’adjectif convoité par la Loge de Julien Chauvin. L’époque baroque en particulier a été le théâtre d’une véritable course entre style italien et style français, chaque nation se positionnant par rapport à ces deux extrêmes, et l’on retrouve mainte trace de cette confrontation – les Nations et les Goûts réunis de François Couperin, par exemple.

Football, rugby, Jeux Olympiques… Il n’y a pas de raison que la musique reste sur le banc de touche ! Le Cortège d’Orphée propose donc une manifestation originale, conforme à l’esprit de son travail : à mi-chemin entre le télé-crochet et le tournoi entre quatre grandes nations de l’Europe (Allemagne, Autriche, France, Italie), les spectateurs seront invités à se positionner par rapport à des styles musicaux différents, preuve qu’on peut se divertir et se cultiver en même temps.

Un projet ludique et culturel

Le programme de la finale étant déterminé par le résultat de la demi-finale, l’enjeu est réel pour les participants qui peuvent se prendre au jeu de vouloir plus ou moins défendre tel ou tel pays. Cette dimension ludique concerne donc aussi les artistes au plateau, et pourquoi pas l’équipe de la structure de diffusion qui peut imaginer de nombreuses formes de communication créatives et originales autour de l’incertitude du vote. La dimension ludique du projet – actions dans l’espace public, communication décalée, médiation mise en scène dans l’esprit du sport – servira ainsi sa dimension pédagogique : familiariser un public aussi varié que possible avec diverses caractéristiques nationales musicales.

Un projet dans la durée

Au terme d’un travail régulier avec les choristes, plusieurs épreuves pour chaque nation (oratorio, solo instrumental, chant solo…) réparties sur deux soirées permettront au public de voter à chaque tour pour son pays préféré. La grande finale consacrée à des extraits d’opéra consacrera le pays vainqueur, à l’honneur sur la saison suivante dans la programmation du Cortège d’Orphée ! À chaque représentation, les artistes solistes du Cortège d’Orphée complètent l’équipe musicale, favorisant ainsi également la rencontre entre artistes professionnels et artistes amateurs, dans une synergie que nous apprécions depuis toujours. Le principe est ainsi de privilégier une résidence au long cours inscrivant les participants et leurs proches de manière durable dans la vie de la structure de diffusion. Le rôle des choristes est central pour générer un événement autour de cette présence récurrente et attirer de nouveaux publics au spectacle.

Un projet participatif

Au cœur du Championnat des Nations est le grand chœur amateur (potentiellement constitué pour l’occasion, et selon les cas renforcé par les chanteurs du Cortège d’Orphée) : scènes d’opéra et extraits d’un Requiem du répertoire romantique de chacun des quatre pays seront au programme respectif de la finale et de la demi- finale. Une formation au long cours assurée par notre directeur artistique Anthony Lo Papa, professeur de chant et chef de chœur, permet à chacun(e) (même néophyte) de découvrir tous les aspects du travail choral, respiration, posture, technique vocale, apprentissage des partitions, interprétation, travail sur les langues, intonation, y compris l’enjeu d’une prestation plus ou moins aboutie et son impact sur le vote du public. Ce dernier est également actif, puisqu’il lui revient de départager les pays à chaque épreuve à l’aide de bulletins de vote, mais aussi d’interagir avec le présentateur chargé d’assurer la médiation, profil très particulier associant une culture musicale précise à un talent de comédien « one- man-show » et de musicien accompli, que nous avons trouvé en la personne de Vincent Nommay, chanteur, violoncelliste, chef de chœur et directeur de festival, très à l’aise notamment avec les présentations publiques de concerts et membre régulier de notre compagnie. Ses interventions assureront à la fois la respiration et la continuité de la soirée, et permettront par leur adaptabilité de favoriser l’appropriation vivante de la musique par le public, afin qu’il apprenne l’air de rien des éléments stylistiques de l’époque.

Le vote sera effectué à l’aide de bulletins lors de brefs temps-morts, et collectés en une seule fois à la fin du match, ce système ayant déjà fait ses preuves, afin d’allier rapidité de la procédure, précision des résultats et – le plus important – interaction, dialogue entre les spectateurs.