FLEUR D’ÉCOSSE

Genre

Spectacle vocal a cappella

Type de salle

Tous lieux

Synopsis

FLEUR D’ÉCOSSE est un concert/spectacle où la convention invite le doute et laisse place au jeu et à l’étrange. Cette petite forme imaginée pour quatre chanteurs en marge de la Dame blanche de Boieldieu explore avec dérision et poésie l’imaginaire romantique écossais… mais pas que.

Répertoire

Œuvres de Boieldieu, Roy Williamson (The Corries), Jean Sibelius, John Bennet, Franz Schubert, Cocteau Twins, Robert Schumann, Carl Lafite, Benjamin Britten

DISPOSITIF

Spectacle tout public
Durée : 35′
Actions culturelles et rencontres avec le public
Forme légère : 4 chanteurs, 4 pupitres, plateau de 3m x 5m minimum

conception

Direction musicale, arrangements et conception :
Anthony Lo Papa, Le Cortège d’Orphée
Narration :
Henri de Vasselot

Interprètes

Clara Bellon, soprano
Camille Royer, mezzo-soprano  
Olivier Merlin, ténor 
Henri de Vasselot, baryton 

Sur le spectacle

L’opéra-comique peut avoir un côté intimidant pour le public d’aujourd’hui, surtout quand il s’agit d’une œuvre culte en son temps mais tombée dans un oubli relatif.
Il y a pourtant dans La Dame blanche tous les ingrédients du succès : le fantastique, le pittoresque, la mélancolie, le chevaleresque, l’humour.
Anthony Lo Papa, chef de chœur, propose un travail d’arrangements pour 4 voix a cappella de différentes pièces qui évoquent tour à tour l’Écosse, le mythe de La Dame blanche, l’œuvre de Boieldieu, le romantisme insufflé par Walter Scott à travers l’Europe…
Il donne à cette « petite forme » le titre  FLEUR D’ÉCOSSE en référence à Flower of Scotland, un hymne national officieux de l’Écosse, une chanson créée par le groupe folklorique The Corries en 1967 et que l’on entend notamment dans les stades de rugby… Elle sera intégrée à notre florilège aux côtés de Boieldieu bien sûr mais aussi de Britten, Schumann et l’Ave Maria de Schubert
L’idée est d’allier la légèreté d’une présentation facétieuse au charme des thèmes les plus marquants de la partition, avec une grande liberté de ton. En donnant quelques clés pour permettre d’accrocher à l’histoire, tout en ménageant le suspense de l’intrigue. Quatre chanteurs dans une forme a cappella millimétrée pour mettre le public en appétit en trente minutes chrono.